Nouveau : un programme d’expérimentation en innovation organisationnelle

L’innovation et la transition organisationnelle

Aujourd’hui, tout le monde parle d’innovation organisationnelle (entreprises libérées, méthodes agiles, …) mais les entreprises qui le pratiquent sont souvent de taille importante et ont les compétences en interne pour porter ce type de projet. Cela voudrait-il dire que ce n’est pas accessible aux petites entreprises ? Umano, entreprise spécialisée en innovation et transition organisationnelle, est persuadée du contraire et pour cela lance un programme d’expérimentation inédit !

Tout dirigeant d’entreprise, quelle que soit sa taille, se heurte à des difficultés sociales comme le recrutement, le management, la fidélisation, l’absentéisme, la solitude ou la motivation. Umano lance un programme d’expérimentation visant à tester une nouvelle façon d’intervenir en entreprise grâce à une immersion à temps partiel et sur la durée. Nous pouvons ainsi mieux répondre aux besoins spécifiques des entreprises de moins de 50 salariés.

L’immersion : c’est quoi ?

L’immersion, c’est un salarié d’Umano qui intègre votre équipe à temps partiel et pour une durée définie (entre 6 et 9 mois généralement). Devenant l’un des vôtres, il porte avec le dirigeant le projet de changement imaginé. Il l’accompagne, ainsi que ses collaborateurs, dans la mise en place de solutions organisationnelles pragmatiques. Il s’adapte à la culture d’entreprise pour concevoir des outils et pratiques adaptés à vos besoins. Ce dispositif est encadré par un programme de R&D social en cours de labellisation Jeune Entreprise Innovante.

 

Quels bénéfices pour les dirigeants ?

Ce dispositif permet au dirigeant de gagner du temps pour résoudre ses problématiques sociales et permet une meilleure appropriation des changements par tous. L’entreprise bénéficie du transfert de compétences d’Umano. Ainsi le dirigeant se sent moins seul et devient autonome sur des pratiques sociales renouvelées.

 

Qui sont les dirigeants qui peuvent participer à ce programme ? Et pour quoi faire ?

Ce programme adresse aux :

  • jeunes dirigeants : ils souhaitent faire au mieux pour avoir une ambiance agréable de travail, donner envie aux salariés de s’investir, éviter les problèmes sociaux, …
  • dirigeants d’entreprise : ils souhaitent remettre en question certaines de leurs pratiques (management d’équipe, qualité de vie au travail, efficacité au travail, prise de responsabilités ..) …
  • dirigeants d’entreprise en croissance : ils ont besoin d’améliorer leurs compétences managériales, de fidéliser leurs salariés, d’anticiper les changements,…
  • repreneurs d’entreprise : ils souhaitent faire évoluer la culture d’entreprise, améliorer son organisation, se faire respecter par le personnel, …
  • cédants d’entreprises : ils souhaitent le faire au mieux afin d’éviter les licenciements, les incompréhensions, les problèmes sociaux, …

 

Quelles sont les conditions requises ?

D’une part, les entreprises concernées ont entre 5 et 50 salariés, sont domiciliées en Gironde et ont envie de faire évoluer leur organisation afin de régler des problématiques humaines. D’autre part, le programme démarre en janvier 2019. De plus, les interventions en entreprises sont établies en fonction du besoin : temps partiel et durée de l’accompagnement sont définis individuellement.

 

Quelle coût pour l’entreprise ?

L’entreprise participant au programme d’expérimentation paye à Umano une prestation de service.
Selon l’entreprise, cette dernière est prise en charge par des aides au conseil de financeurs tels que le Conseil Régional Nouvelle Aquitaine, la DIRECCTE, l’ARACT, … ou d’autres financeurs spécifiques à votre secteur d’activité. Ces aides peuvent permettre le financement de 50 à 80% du coût global de la prestation.

Pour vous aider, Umano centralise et facilite les demandes de financement auprès des financeurs avant le 31 décembre 2018.

 

Et si j’ai envie d’en savoir plus ?

Pour de plus amples informations, vous pouvez nous contacter ou vous rapprocher directement des 2 responsables du programme d’expérimentation : Anne GRENIER : 07 63 54 35 63 – anne.grenier@umano-ito.fr ou Béatrix GEAIS DETOURS : 06 13 78 88 89 – beatrix.geaisdetours@umano-ito.fr

 

J’ai envie de participer et souhaite candidater

Pour participer au programme, merci de remplir le formulaire de candidature.
Une fois votre réponse reçue, nous vous contacterons pour convenir d’un rendez-vous pour faire plus ample connaissance et évaluer la recevabilité de votre demande.

Nos derniers articles

Qui sont les dirigeants des entreprises de moins de 50 salariés aujourd’hui ?

Qui sont les dirigeants des entreprises de moins de 50 salariés aujourd’hui ?

Qui sont les dirigeants des entreprises de moins de 50 salariés aujourd’hui ?

Les TPE et leurs enjeux

Aujourd’hui, la société a de plus en plus conscience que les petites entreprises jouent un rôle fondamental dans le développement de nos territoires. Néanmoins, sous ce vocable, existent une multitude de situations différentes. Ce qui les réunit néanmoins toutes, c’est que derrière chacune se cache un(e) chef(fe) d’entreprise !

A la base de toutes ces petites entreprises il y a une idée, un projet issus de la tête de son(ses) dirigeant(s). Mais qui sont-ils vraiment ? D’où viennent-ils ? Et quelles sont leurs préoccupations ?

 

Qui sont-ils et d’où viennent-ils ?

Les dirigeants sont principalement des hommes (73% TPE – de 10 sal. / 83% TPE 10 à 50 sal.) et ont une moyenne d’âge relativement élevée (34% : 40-49 ans / 35% : 50-59 ans). Ils sont majoritairement dirigeants par volonté d’indépendance (40%) avant d’être attirés par l’entrepreneuriat (30%).
51% d’entre eux étaient précédemment de niveau professionnel employé/technicien. 36% étaient cadres/ingénieurs. Ils sont sont majoritairement de formation initiale technique (plus d’1/3) ce qui a une influence sur la gestion de leurs activités. En effet, ils préfèrent souvent s’occuper du développement commercial et de la production, mais beaucoup moins de la gestion sociale.

 

Comment vivent-ils leur quotidien ?

Ils sont en moyenne depuis 12 ans à la tête de leur entreprise malgré tout, 40% disent vivre dans l’urgence.
Ils travaillent beaucoup (moyenne 56h/sem.), sont stressés (61%), fatigués (47%) et manquent de temps pour leur vie personnelle (48%).
Ces dirigeants gèrent majoritairement seul leur entreprise (46%).
Seuls 24% la gère avec leur conjoint, 17% avec un ou plusieurs membres de sa famille et 10% avec un ou plusieurs associés/cogérants.

 

Une tendance à limiter le développement : mais pourquoi ?

55% d’entre eux pensent que leur principal atout est leur capital humain (qualification et motivation du personnel, politique managériale …), contre 17% pour le dynamisme de leur secteur d’activité, 13% leur capacité à innover et 11% leur situation financière.
Néanmoins, aujourd’hui, 63% de ces entreprises ne se lancent pas dans une nouvelle phase de développement pour deux principales raisons :

  • une taille d’entreprise satisfaisante (44%)
  • un marché qui n’offre pas suffisamment de perspectives (41%).

Mais ce sont 2 freins pèsent particulièrement sur cette décision : le coût de la main d’œuvre et le poids des charges sociales (89%) ainsi que la difficulté à recruter du personnel qualifié (81%).

 

Des facteurs psychologiques qui jouent sur le développement de ces entreprises

Précédemment, nous avons vu pourquoi le dirigeant bloque le développement de son entreprise. Mais il s’avère que des éléments externes jouent également sur cette possibilité de développement.
Tout d’abord, face aux problématiques de recrutement, il s’avère que même si les entreprises sont prêts à rémunérer correctement leurs futurs collaborateurs, ceux-ci sont réticents à intégrer des structures relativement petites et encore fragiles.
De plus, plus les patrons savent intégrer les hommes et les femmes dans leur entreprise (réflexions stratégiques, prise de décision …), plus les entreprises sont performantes et mieux perçues par leur environnement (salarial, économique, partenaires …). En effet, plus un dirigeant apparaît comme une femme ou un homme seul, plus il inquiète son environnement par tout repose sur lui(elle) seul(e).

 

Les petites entreprises : la priorité d’Umano

Aujourd’hui ces petites entreprises sont nombreuses à être employeuses. Elles sont dirigées par des personnes qui n’ont pas obligatoirement les compétences, le temps ou l’attrait nécessaire pour résoudre les problématiques (sociales et d’organisation) qui impactent leur développement.
Nous pensons qu’en se penchant sur l’image qu’elles ont d’elles-mêmes et l’image qu’elles donnent à leur environnement, ces petites entreprises sont capables de lever les freins individuels et collectifs à leur développement au bénéfice des territoires sur lesquels elles se situent et des gens qui y vivent.

Nos derniers articles

Innover c'est permettre à l'entreprise de prendre du recul et d'imaginer des possibles différents.
Organiser c'est structurer l'entreprise en cohérence avec sa culture, ses individus et son ambition.
Autrement c'est être pragmatique, adapté aux spécificités de chaque entreprise et flexible car tout évolue.

NOUS TROUVER

UMANO
29 chemin Richelieu
33270 Floirac

contact@umano-ito.fr

07 63 54 35 63
06 13 78 88 89

Un nouveau droit pour les entreprises par Blanche Segrestin

Un nouveau droit pour les entreprises par Blanche Segrestin

Blanche Segrestin propose un nouveau droit pour l’entreprise dans son livre Refonder l’Entreprise

Inspirations

Pour permettre aux entreprises de réellement jouer leur rôle de créations de richesses (économiques, sociales, …) sur leurs territoires, une révision de certains fondamentaux est indispensable ; dans leur livre, Blanche Segrestin et Armand Hatchuel, propose un nouveau droit spécifique pour les entreprises.

Pour permettre aux entreprises de réellement jouer leur rôle de créations de richesses (économiques, sociales, …) sur leurs territoires, une révision de certains fondamentaux est indispensable ; notamment leur finalité uniquement économique.
Aujourd’hui, seules des initiatives volontaires permettent de visualiser l’impact de tels changements. Alors à quand et comment généraliser ce type de pratiques ?

 

De quoi cela parle-t-il ?

Expliquant que la crise financière en cours est un symptôme révélateur d’une crise beaucoup plus profonde de l’entreprise et de sa gestion, les auteurs réfléchissent à la place des actionnaires, aux effets sociaux et environnementaux en découlant, et à la réduction de la capacité d’innovation et de justice sociale des entreprises.
Dans ce livre, ils souhaitent inventer un nouveau “être collectif’, l’entreprise, qui exige compétence, autorité de gestion et organisation.

 

Une critique forte de la société anonyme

Face au constat que la société anonyme a été soutenue par les pouvoirs publics car vue comme un outil de développement économique et social, les auteurs déplorent la disparition des notions de “cohésion sociale” et de “création de valeurs”. A la place, existe un projet d’investissement financier pour les actionnaires et des jeux de contrats de travail flexibles pour les salariés. D’après eux, l’intérêt des actionnaires prévaut aujourd’hui sur celui de l’entreprise en elle même. Et aucune règle n’est venue protéger cette dernière.

 

Une sortie de crise possible

Les auteurs expliquent que la sortie de crise nécessite l’effort de réinventer l’entreprise en dégageant les nouvelles formes qu’elle pourrait prendre à l’avenir au delà du profit (ex impact environnemental).
Il faut d’après eux réinstaurer le statut d’entreprise (au niveau du droit) face à la société anonyme.

 

De quoi doit être composée cette nouvelle “entreprise” ?

Ils présentent 4 grands principes indispensables pour faire l’entreprise :

  • sa mission doit être inventive : ambition d’innover, de créer des produits nouveaux, de conduire des progrès collectifs
  • son dirigeant doit être habilité : sa tâche n’est pas d’exécuter un projet ou de réaliser des volontés particulières, mais de faire apparaître de nouvelles options dans l’intérêt de l’entreprise.
  • son collectif est engagé pour l’entreprise : seuls les acteurs “engagés” constituent la communauté de l’entreprise ce qui laisse imaginer une nouvelle forme de démocratie dans l’entreprise
  • la solidarité de l’action collective : tous les membres d’une entreprise prennent le risque de voir leurs potentiels augmentés ou dégradés par les décisions de l’autorité de gestion. Par conséquent, tous les risques sont rémunérés … autant ceux pris par les actionnaires (risque de perdre du capital, incertitudes des dividendes) que par les salariés (précarité des contrats de travail, licenciements ou caractère aléatoire des promotions…).

 

Un nouveau droit pour l’entreprise

Les auteurs souhaitent qu’une “norme d’entreprisedifférente des sociétés anonymes soit mise en place et mette en avant une nouvelle conception de l’entreprise, “ce qui aurait d’emblée une valeur instructive”.
L’entreprise devra poursuivre des objectifs autres que la valeur actionnariale, dès lors qu’ils sont approuvés et évalués.
Un contrat d’entreprise permettra les conditions d’un développement économique, social et environnemental et ses signataires renonceront à faire valoir des intérêts particuliers contre le projet commun.

 

Qui sont les auteurs ?

Blanche Segrestin et Armand Hatchuel sont professeurs à Mines ParisTech.

 

A qui s’adresse-t-il ?

Ce livre s’adresse principalement à des décideurs, penseurs, acteurs du changement législatifs, spécialistes qui souhaitent construire un projet collectif créateur et solidaire et qui pensent que le droit est une des portes d’entrée efficace.

 

Ce que nous avons particulièrement aimé

  • les explications précises entre la notion d’entreprise et celle de la société anonyme au niveau du droit
  • les références à des expériences très diverses (les coopératives ouvrières, l’autogestion et la participation, la co-surveillance et la RSE)
  • les propositions concrètes au niveau du droit français.

 

Notre “bémol”

Même si son contenu est fort intéressant, ce livre n’est pas un livre facile d’accès.
Si vous voulez néanmoins aller plus loin, vous trouverez des vidéos sur le net de Blanche Segrestin, dont une vidéo de 9 minutes :

Nos derniers articles

Innover c'est permettre à l'entreprise de prendre du recul et d'imaginer des possibles différents.
Organiser c'est structurer l'entreprise en cohérence avec sa culture, ses individus et son ambition.
Autrement c'est être pragmatique, adapté aux spécificités de chaque entreprise et flexible car tout évolue.

NOUS TROUVER

UMANO
29 chemin Richelieu
33270 Floirac

contact@umano-ito.fr

07 63 54 35 63
06 13 78 88 89

PRIOPE : Programme de Recherche en Innovation Organisationnelle des Petites Entreprises

PRIOPE : Programme de Recherche en Innovation Organisationnelle des Petites Entreprises

PRIOPE : Programme de Recherche en Innovation Organisationnelle des Petites Entreprises

Le programme R&D d’Umano

Umano est une jeune entreprise innovante* qui veut apporter une nouvelle vision de ce qu’est l’entreprise aujourd’hui et une nouvelle façon de faire pour accompagner les dirigeants à innover socialement. C’est dans ce cadre, qu’Umano développe un programme de Recherche et Développement. Mais pourquoi et pour qui ?

Alors que l’entreprise est majoritairement abordée à travers le prisme de l’organisation du travail, par des approches techniques, cloisonnées et individualistes, Umano :

  • défend une vision selon laquelle l’organisation de l’entreprise relève d’une approche stratégique qui interroge le sens et les moyens de l’action collective.
  • souhaite permettre aux dirigeants des petites entreprises de développer et de porter avec leurs salariés un projet qualitativement et humainement performant.

 

A qui s’intéresse-t-on ?

Nous nous intéressons particulièrement aux TPE jusqu’à 50 salariés. En effet, ces entreprises sont peu ou pas étudiées hors elles constituent une part essentielle du tissu économique français.

 

Pourquoi un programme de R&D chez Umano ?

Notre programme de R&D a comme objectif d’inventer un service innovant qui soit spécifique aux TPE et qui permette à leurs dirigeants de faire évoluer leur organisation pour prendre du recul et améliorer la performance et la durabilité de leur entreprise.

 

Que cherchons-nous à améliorer ?

Nous visons à apporter 3 plus-values à trois niveaux :

  • individu, que ce soit le dirigeant ou ses salariés : bien-être, motivation, accomplissement de soi, …
  • organisations : implication des équipes de travail, meilleure efficience, levée des freins au développement effectif de l’activité et de l’emploi, valorisation du collectif, …
  • société : valorisation d’un nouveau modèle d’entreprise dont les impacts sociaux et sociétaux sont forts, …

 

Quels sont les objectifs poursuivis ?

Notre programme poursuit 2 objectifs :

  • caractériser les leviers permettant de dépasser les freins actuels à la mise en place d’une entreprise responsable et pensée comme un bien commun à la fois par ses salariés et ses dirigeants,
  • expérimenter un service innovant d’intervention au plus près du quotidien des TPE, afin de les appuyer dans leur développement.

 

Et concrètement, qu’explorons-nous ?

Au sein de nos travaux de recherche, nous cherchons à explorer les 5 pistes suivantes :

  • remettre au centre de l’analyse de son organisation la question de l’intérêt général et la dimension du collectif, dans le portage de l’entreprise et le partage de ses valeurs
  • trouver des critères qui définissent la performance d’une entreprise en complément de critères d’ordre purement économiques
  • questionner les cadres réglementaire et institutionnel pour en proposer de nouveaux prenant plus en compte le collectif
  • redonner des logiques et du sens aux relations entre individus au cœur d’un véritable équilibre entre attentes et besoins, droits et devoirs de chacun
  • soulever les différents freins à l’innovation organisationnelle dans les TPE aujourd’hui, en vue d’appuyer leur développement.

*en cours de labellisation JEI : Jeune Entreprise Innovante

Nos derniers articles

Innover c'est permettre à l'entreprise de prendre du recul et d'imaginer des possibles différents.
Organiser c'est structurer l'entreprise en cohérence avec sa culture, ses individus et son ambition.
Autrement c'est être pragmatique, adapté aux spécificités de chaque entreprise et flexible car tout évolue.

NOUS TROUVER

UMANO
29 chemin Richelieu
33270 Floirac

contact@umano-ito.fr

07 63 54 35 63
06 13 78 88 89

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Innover c'est permettre à l'entreprise de prendre du recul et d'imaginer des possibles différents.
Organiser c'est structurer l'entreprise en cohérence avec sa culture, ses individus et son ambition.
Autrement c'est être pragmatique, adapté aux spécificités de chaque entreprise et flexible car tout évolue.

NOUS TROUVER

UMANO
29 chemin Richelieu
33270 Floirac

contact@umano-ito.fr

07 63 54 35 63
06 13 78 88 89

Share This