Qui sont les dirigeants des entreprises de moins de 50 salariés aujourd’hui ?

Qui sont les dirigeants des entreprises de moins de 50 salariés aujourd’hui ?

Qui sont les dirigeants des entreprises de moins de 50 salariés aujourd’hui ?

Les TPE et leurs enjeux

Aujourd’hui, la société a de plus en plus conscience que les petites entreprises jouent un rôle fondamental dans le développement de nos territoires. Néanmoins, sous ce vocable, existent une multitude de situations différentes. Ce qui les réunit néanmoins toutes, c’est que derrière chacune se cache un(e) chef(fe) d’entreprise !

A la base de toutes ces petites entreprises il y a une idée, un projet issus de la tête de son(ses) dirigeant(s). Mais qui sont-ils vraiment ? D’où viennent-ils ? Et quelles sont leurs préoccupations ?

 

Qui sont-ils et d’où viennent-ils ?

Les dirigeants sont principalement des hommes (73% TPE – de 10 sal. / 83% TPE 10 à 50 sal.) et ont une moyenne d’âge relativement élevée (34% : 40-49 ans / 35% : 50-59 ans). Ils sont majoritairement dirigeants par volonté d’indépendance (40%) avant d’être attirés par l’entrepreneuriat (30%).
51% d’entre eux étaient précédemment de niveau professionnel employé/technicien. 36% étaient cadres/ingénieurs. Ils sont sont majoritairement de formation initiale technique (plus d’1/3) ce qui a une influence sur la gestion de leurs activités. En effet, ils préfèrent souvent s’occuper du développement commercial et de la production, mais beaucoup moins de la gestion sociale.

 

Comment vivent-ils leur quotidien ?

Ils sont en moyenne depuis 12 ans à la tête de leur entreprise malgré tout, 40% disent vivre dans l’urgence.
Ils travaillent beaucoup (moyenne 56h/sem.), sont stressés (61%), fatigués (47%) et manquent de temps pour leur vie personnelle (48%).
Ces dirigeants gèrent majoritairement seul leur entreprise (46%).
Seuls 24% la gère avec leur conjoint, 17% avec un ou plusieurs membres de sa famille et 10% avec un ou plusieurs associés/cogérants.

 

Une tendance à limiter le développement : mais pourquoi ?

55% d’entre eux pensent que leur principal atout est leur capital humain (qualification et motivation du personnel, politique managériale …), contre 17% pour le dynamisme de leur secteur d’activité, 13% leur capacité à innover et 11% leur situation financière.
Néanmoins, aujourd’hui, 63% de ces entreprises ne se lancent pas dans une nouvelle phase de développement pour deux principales raisons :

  • une taille d’entreprise satisfaisante (44%)
  • un marché qui n’offre pas suffisamment de perspectives (41%).

Mais ce sont 2 freins pèsent particulièrement sur cette décision : le coût de la main d’œuvre et le poids des charges sociales (89%) ainsi que la difficulté à recruter du personnel qualifié (81%).

 

Des facteurs psychologiques qui jouent sur le développement de ces entreprises

Précédemment, nous avons vu pourquoi le dirigeant bloque le développement de son entreprise. Mais il s’avère que des éléments externes jouent également sur cette possibilité de développement.
Tout d’abord, face aux problématiques de recrutement, il s’avère que même si les entreprises sont prêts à rémunérer correctement leurs futurs collaborateurs, ceux-ci sont réticents à intégrer des structures relativement petites et encore fragiles.
De plus, plus les patrons savent intégrer les hommes et les femmes dans leur entreprise (réflexions stratégiques, prise de décision …), plus les entreprises sont performantes et mieux perçues par leur environnement (salarial, économique, partenaires …). En effet, plus un dirigeant apparaît comme une femme ou un homme seul, plus il inquiète son environnement par tout repose sur lui(elle) seul(e).

 

Les petites entreprises : la priorité d’Umano

Aujourd’hui ces petites entreprises sont nombreuses à être employeuses. Elles sont dirigées par des personnes qui n’ont pas obligatoirement les compétences, le temps ou l’attrait nécessaire pour résoudre les problématiques (sociales et d’organisation) qui impactent leur développement.
Nous pensons qu’en se penchant sur l’image qu’elles ont d’elles-mêmes et l’image qu’elles donnent à leur environnement, ces petites entreprises sont capables de lever les freins individuels et collectifs à leur développement au bénéfice des territoires sur lesquels elles se situent et des gens qui y vivent.

Nos derniers articles

Innover c'est permettre à l'entreprise de prendre du recul et d'imaginer des possibles différents.
Organiser c'est structurer l'entreprise en cohérence avec sa culture, ses individus et son ambition.
Autrement c'est être pragmatique, adapté aux spécificités de chaque entreprise et flexible car tout évolue.

NOUS TROUVER

UMANO
29 chemin Richelieu
33270 Floirac

contact@umano-ito.fr

07 63 54 35 63
06 13 78 88 89